Maladies contagieuses

Certains organismes vivants ont des effets néfastes sur la santé

Distemper (Maladie de Carré)

Maladie de Carré

Le Distemper est un virus  qui affecte le système gastro-intestinal, l'appareil respiratoire, ainsi que le système nerveux central. Les chiens n'ayant pas été vaccinés contre cette maladie sont les plus à risque. Il s'agit d'une maladie grave qui peut s'avérer mortelle.  Le vaccin de base protège contre cette maladie.

Parvovirose canine

Parvovirose canine

La parvovirose canine est une maladie contagieuse causé par le parvovirus et qui affecte le système digestif. Les chiens de tous âges peuvent la contracter mais on la retrouve généralement chez les chiens âgés de 6 à 20 semaines.  La maladie est contagieuse entre chiens (contact direct ou contamination de l'environnement) et la période d'incubation varie de 3 à 10 jours.  Elle se caractérise par la présence de diarrhée souvent sanguinolente, de vomissements, d'une perte d'appétit et par un abattement important.  Les animaux sont très malades et se déshydratent rapidement.  Sans traitement, la maladie est souvent mortelle.

 La vaccination est très importante afin de prévenir la parvovirose canine. Certaines races, dont les dobermans et les rottweilers, sont particulièrement à risque. Il faut donc redoubler de prudence dans leur cas.

Virus de l'immunodéficience féline (FIV) et leucémie féline (FeLV)

Virus de l'immunodéficience féline (FIV)  et leucémie féline (FeLV)

Votre chat est la terreur du quartier et reviens souvent victorieux d'une belle bataille en règle avec un autre matou? Saviez-vous que son style de vie pourrait l'exposer à deux maladies virales mortelles : la leucémie féline (FeLV) et le virus de l'immunodéficience féline (FIV)? 


Ces deux maladies sont exclusivement dangereuses pour les chats. Il n'y a donc pas de risques de transmission aux chiens ou aux humains de la maison. Par contre, une fois qu'un chat a été contaminé par un de ces deux virus, il restera porteur à vie et sera à risque de développer des problèmes de santé associés. Il deviendra aussi une source de contagion pour les autres chats qu'il rencontrera. Dans le cas du FIV, on parle plus souvent d'une maladie qui se transmet lors de combats entre chats. Par contre, le FeLV est parfois appelé la maladie des chats amicaux car elle peut se transmettre par simple léchage entre chats d'une même famille. Dans les deux cas, la transmission peut aussi se faire directement de la mère à ses chatons. 

Lors de l'adoption d'un nouveau chaton ou chat adulte, il est recommandé de procéder à un test de dépistage. Si votre animal est positif pour une de ces deux maladies, on vous conseillera de confirmer le diagnostic avec des tests complémentaires. Puisque la maladie peut rester à l'état latent pendant des années, votre chat pourra bénéficier de belles années à vos côtés mais des précautions simples devront être observées pour maximiser ses chances de rester en bonne santé. 

Si votre animal est malade, il est fort probable qu'un dépistage vous soit conseillé s'il n'a pas déjà été effectué. En effet, la présence d'un de ces deux virus dans l'organisme de votre animal peut influencer le pronostic et le choix des traitements. 
Finalement, sachez que des vaccins existent pour protéger les chats à risque contre ces infections. Bien que le vaccin de la leucémie féline soit conseillé à tous les chats qui ont accès à l'extérieur, le vaccin pour le FIV est habituellement réservé à ceux qui côtoient un animal infecté sur une base régulière. 

N'hésitez pas à vous informer auprès de votre équipe vétérinaire si vous croyez que votre chat peut être à risque!  

Panleucopénie féline

Leucopénie infectieuse du chat

La panleucopénie féline est une virose causée par le parvovirus. Un peu comme le parvovirus, elle est extrêmement résistante et peut survivre sur presque toutes les surfaces, pendant de longues périodes. La panleucopénie est très contagieuse et est souvent mortelle.   Elles se caractérise par de l'abattement important, de la diarrhée, des vomissements et une déshydratation importante et rapide.  Bien qu'elle ne soit pas contagieuse pour les humains ou pour les chiens, les furets peuvent propager la maladie et peuvent contracter la maladie des chats. Cette maladie se propage par les selles, l'urine, les sécrétions, le lit et les assiettes/bols. La maladie peut également être présente sur les vêtements et les chaussures.

Rage

Rage

La rage est une infection qui est souvent mortelle et qui se transmet lorsqu'un animal entre en contact avec un hôte infecté. La plupart du temps, il s'agit d'un contact avec un animal sauvage, tel qu'une chauve-souris, un coyote, un renard ou une moufette. Un animal infecté peut mordre un autre animal ou peut entrer en contact avec une plaie, ce qui entraîne une infection. La rage se transmet aussi lorsqu'un animal entre en contact (par les yeux ou la bouche) avec la salive d'un animal infecté. Puisque le virus est zoonotique, les humains peuvent aussi le contracter.

La vaccination contre la rage est très importante pour tout animal à risque ou qui va à l'extérieur.

Leptospirose

La leptospirose est une zoonose, c'est-à-dire une maladie qui peut affecter à la fois les animaux ou les humains. Il s'agit d'une bactérie (spirochète) qui se transmet à travers l'eau contaminée ou l'urine des animaux infectés. Les chiens qui vivent en campagne, qui se baignent dans des cours d'eau, qui sont en contact avec l'urine des ruminants ou des rongeurs sont ceux qui peuvent le plus facilement se contaminer. Les chats ne semblent pas être affectés par cette maladie. 


Chez le chien, la maladie débute souvent pas des signes vagues d'abattement, d'anorexie, de vomissements et de polyurie (urine en grande quantité). La maladie s'attaque aux reins, parfois au foie et peut même causer des problèmes respiratoires, oculaires ou de coagulation. Les animaux infectés deviennent à leur tour une source de contamination potentielle pour les humains qui les côtoient. On doit donc prendre des précautions spéciales avec l'urine des animaux suspectés de leptospirose et éviter les contacts pour les enfants, femmes enceintes ou personnes avec un système immunitaire moins efficace. 

Le diagnostic de la leptospirose nécessite des tests de laboratoire incluant des prises de sang et parfois des analyses d'urine. Le traitement de la leptospirose nécessite un traitement de plusieurs semaines avec des antibiotiques pour éliminer la bactérie au niveau sanguin et empêcher que l'animal infecté demeure un porteur de la maladie à plus long terme. Les taux de survie à la leptospirose varient de 70-85% selon la sévérité de l'atteinte initiale et les complications possibles. Il existe différentes souches de la maladie ce qui peut compliquer le diagnostic. Heureusement, il existe un vaccin pour nos compagnons canins qui offre une protection contre les souches les plus fréquemment rencontrées. 

Maladie de Lyme

Maladie de Lyme

La maladie de Lyme (ou Borreliose) est une maladie causée par une bactérie nommée Borrelia Burgdorferi. Cette bactérie est transmise à votre animal par la morsure d'une tique.  On la retrouve fréquemment dans les herbes hautes et les boisés.  La tique grimpe aux arbustes et s'accroche aux poils d'un animal qui frôle son bosquet, pour ensuite boire le sang de celui-ci. Il existe plusieurs espèces de tiques, mais celle qui transmet la bactérie dans nos régions est l'Ixodes scapularis. Les humains et les chiens peuvent être infectés par les nymphes et les tiques adultes.


La transmission de la bactérie nécessite que la tique soit attachée pendant au moins 48 heures à son hôte. Chez nos animaux domestiques poilus, la tique est très souvent détectée après cette période de temps, car dans les premiers jours, la tique ne mesure que quelques millimètres. Elle grossit au fur et à mesure qu'elle se gorge de sang.

Il faut savoir que parmi les chiens qui auront été infectés par la bactérie, seulement 5-10 % développeront des signes cliniques dans une période allant de 2 à 6 mois postinfection. Parmi les facteurs pouvant influencer le développement de symptômes on peut citer; la quantité de tiques se nourrissant sur le chien, l'âge ainsi que le statut immunitaire de l'animal.


Signes cliniques :

Les signes cliniques de la maladie de Lyme peuvent être très variés.

- Rougeur de la peau au site de la morsure par la tique. Celle-ci disparaît généralement après 1 semaine.

- Fièvre, baisse d'appétit et léthargie.

- Augmentation de volume des nœuds lymphatiques

- Boiterie intermittente. Il s'agit d'arthrite qui peut affecter en alternance les différents membres. Celle-ci est en général très douloureuse.

- Néphrite de Lyme. Il s'agit d'une atteinte rénale aiguë avec pertes de protéines dans l'urine, menant généralement à l'insuffisance rénale. Les signes cliniques seront principalement une augmentation de la soif et de la fréquence des urines, de l'apathie, des vomissements, etc. Le pronostic pour cette condition est sombre. Malheureusement, lorsque les signes de néphrite de Lyme se manifestent, il est déjà trop tard pour sauver l'animal.

- Méningite (plus rare).


Dépistage pour la maladie de Lyme :

La maladie de Lyme peut être détectée chez votre animal de plusieurs manières.

- Il est possible de faire analyser la tique qui a mordu votre animal afin de déterminer si celle-ci est porteuse de la bactérie. Cette méthode est de moins en moins utilisée dans la région de la Montérégie, puisqu'il est reconnu que la maladie est bien présente à cet endroit.

- SNAP test : ce test nous permet de savoir s'il y a infection ou réplication de la bactérie dans votre animal. Il est réalisé six semaines à la suite du retrait de la tique. C'est le temps nécessaire afin que l'animal développe ses anticorps et que la maladie soit détectable. L'avantage de ce test est qu'il n'y a pas d'interférence avec la vaccination. Si ce test s'avère positif, nous recommanderons une analyse en laboratoire afin de quantifier le taux d'anticorps développé par votre animal. Ceux-ci nous permettront de déterminer si oui ou non il serait justifié d'administrer un traitement antibiotique.

Si les tests ce sont avérés positifs, une analyse urinaire, un bilan sanguin, ainsi qu'une mesure des protéines dans l'urine seront souvent recommandés afin de vérifier la possibilité d'une néphrite de Lyme.

Traitements :

- En présence de signes cliniques compatibles avec la maladie de Lyme ou d'un taux d'anticorps significativement augmenté, un traitement antibiotique de quatre semaines sera entrepris. Si la boiterie de votre animal est réellement causée par la bactérie Borrelia, celle-ci devrait s'améliorer en 24-48 heures.

- D'autres traitements peuvent être instaurés, entre autres si une néphrite de Lyme est présente.

Prévention :

Contrôle des tiques :

- Advantix K9® : il s'agit d'un liquide que l'on applique directement sur la peau au niveau de l'encolure une fois par mois. Ce produit permet de tuer les tiques au contact, de réduire leur fixation et de les tuer en moins de 24 heures suivant la fixation sur l'animal. **Ce produit peut être toxique pour les chats**

- Collier Preventic® : celui-ci permet de détacher les tiques de l'animal et de tuer certaines tiques. Il doit être changé tous les trois mois. Par contre, pour un animal qui se baigne fréquemment, la durée du collier est raccourcie et celui-ci doit être changé plus régulièrement.

- Bravecto® et Nexgard® : nouveaux produits sous forme de comprimés oraux. Ils sont disponibles depuis 2015.

Un vaccin est également disponible pour protéger contre la maladie de Lyme. Celui-ci est efficace à environ 80 %, ce qui signifie qu'il faut quand même prendre au sérieux la détection d'une tique sur un animal vacciné, ou encore le protéger contre les tiques en plus. Le vaccin doit être donné sur une base annuelle. Dans un faible pourcentage de cas, les animaux peuvent développer une néphrite à la suite de la vaccination.

Si vous détectez une tique sur votre animal, veuillez communiquer avec votre médecin vétérinaire afin de connaître la marche à suivre sécuritaire pour le retrait de celle-ci.

Source : Ordre des médecins vétérinaires du Québec


Puces

Puces

Vrai ou Faux?  

- Mon chien ne va dehors que dans ma cour, donc il ne peut pas attraper de puces. 
- Mon chat ne va pas dans le sable donc il n'attrape pas de puces. 
- Mon chien n'a jamais eu de puces en 10 ans donc il n'en attrapera jamais.

Malheureusement, toutes ces affirmations sont fausses! En effet, les puces ne causent des démangeaisons que chez les animaux qui sont allergiques à leurs piqûres. Il n'est donc pas rare de rencontrer des familles avec plusieurs animaux infestés où un seul présente des démangeaisons. 

De la même façon, le fait de ne pas sortir de la cour ne garantie pas l'immunité face aux puces car celles-ci peuvent être amenées par des animaux errants. Le contact avec le sable n'est pas un facteur de risque puisque les puces vivent essentiellement sur les animaux. Par contre, les œufs et les larves peuvent de leur côté survivre dans la majorité des environnements et représentent la plus grosse partie des infestations.  

Finalement, il suffit d'une seule puce pour contaminer tout un environnement puisqu'elles peuvent pondre 40 à 50 œufs par jour. Ces œufs peuvent survivre pendant de nombreux mois selon les conditions de l'environnement, le traitement doit donc être suffisamment long pour les éliminer complètement et la prévention débutée à nouveau dès le printemps suivant pour éviter les récidives.

Les traitements pour les puces existent maintenant sous différentes formes et peuvent être combinés avec d'autres types de protection (tiques, mites, ?) selon le style de vie de votre animal. N'hésitez pas à vous renseigner à ce sujet auprès de votre équipe vétérinaire pour offrir à votre animal la protection la plus sécuritaire pour lui! 

Vers du coeur

Vers du coeur

La dirofilariose (ver du cœur) est une maladie parasitaire qui peut toucher tous les chiens et qui est transmise par les moustiques. Son incidence a tendance à être plus élevée dans les régions infestées de moustiques. La transmission se fait lorsqu'un moustique pique un animal infecté et qu'il pique ensuite un autre animal. Par la suite, le parasite se développe et se loge au niveau du cœur du chien, aboutissant souvent à une insuffisance cardiaque (symptômes de toux, de fatigue, d'apathie, etc). Si elle n'est pas traitée, la maladie peut être fatale chez le chien.

La présence des vers peut être décelée à l'aide d'analyses sanguines. Dans les cas plus avancés de la maladie, on a plutôt recours à l'échographie et à la radiographie. Un diagnostic précoce évitera bien souvent des souffrances inutiles à l'animal. 

La bonne nouvelle, c'est que la plupart des chiens atteints de dirofilariose peuvent être guéris, généralement à l'aide de médicaments qui tuent les vers adultes ainsi que leur progéniture. La prévention reste toutefois la meilleure stratégie : elle est plus sûre, moins coûteuse et préférable pour votre compagnon !

Il existe un large éventail de moyens pour prévenir la dirofilariose. Les médicaments préventifs sont extrêmement efficaces et, lorsqu'ils sont administrés correctement, ils peuvent réellement empêcher votre animal de contracter la maladie. Mais n'oubliez pas, le traitement ne pourra être efficace que dans la mesure où vous administrerez le médicament prescrit par votre vétérinaire en respectant scrupuleusement ses recommandations! La prévention s'administre du mois de juin au mois de novembre, période durant laquelle nos amis les moustiques sont présents.

Parlant prévention, il ne faut pas négliger une autre sorte de petites bestioles qui sévissent particulièrement à l'été et à l'automne? les puces! Il existe aussi des produits fournissant une excellente prévention contre celles-ci? n'hésitez pas à nous en parler!

Tiré de : www.infovet.ca - Le ver du cœur et les parasites intestinaux du chien

Ankylostome, ver rond, ver solitaire et trichocéphale

Ankylostome, ver rond, ver solitaire et trichocéphale

Les parasites intestinaux sont relativement courants chez les animaux. Certains sont plus dangereux que d'autres et les animaux peuvent les contracter en ingérant de la terre, de l'eau, des selles ou un animal infecté, tel qu'un oiseau ou un rongeur. L'animal peut également attraper un parasite en consommant le lait infecté de sa mère ou en avalant des puces en se faisant la toilette.   Plus de 80% des chiots ou des chatons sont infestés par des parasites intestinaux.

Les symptômes d'un animal infesté par les parasites intestinaux sont variables, mais parmi les plus fréquents, nous retrouvons de la diarrhée, du sang dans les selles et une maigreur de l'animal.

Les parasites intestinaux se diagnostiquent par l'examen visuel et par la coprologie (analyse microscopique des selles).

Il est important de traiter les parasites avec une vermifugation appropriée.