Système circulatoire

Les maladies du système circulatoire sont à prendre au sérieux et doivent être traitées rapidement.

Insuffisance cardiaque congestive

Insuffisance cardiaque congestive

L'insuffisance cardiaque congestive (ICC) peut se manifester chez les animaux de tous âges (et de toutes les races) et est donc l'une des maladies cardiaques les plus inquiétantes chez les chiens et chez les chats. Lorsqu'un animal en souffre, son coeur n'est pas en mesure de faire circuler assez de sang pour répondre aux exigences du corps. L'ICC fait en sorte que le coeur soit faible et cela affecte d'autres organes, tels que le foie, les reins et les poumons.

Un animal souffrant d'ICC peut vivre normalement pendant des mois, voire des années, sans démontrer de signes cliniques. Il peut donc être difficile de déceler la maladie.

Symptômes précoces de l'ICC :


  • Respiration rapide
  • Toux lors de l'activité physique
  • L'animal est moins actif que normalement
  • L'animal se fatigue et s'essoufle facilement
  • Évanouissement / syncope
  • Perte d'appétit
  • Ballonnement
  • Perte de poids inexplicable

Diagnostic

Le diagnostic commence avec un examen complet. Lors de cet examen, le vétérinaire peut observer des indices qui laissent présager la présence de l'ICC, tels que la présence d'un souffle cardiaque, de l'arythmie ou des bruits pulmonaires anormaux. Suite à l'examen, le vétérinaire peut effectuer différents examens supplémentaires pour confirmer le diagnostic :

  • Radiographie - représentation graphique de l'accumulation de liquide dans l'abdomen (ascite) ou dans les poumons (oedème pulmonaire). Une radiographie peut aussi permettre d'observer la silhouette cardiaque.
  • Mesure de la pression artérielle - l'hypertension artérielle peut être un signe de la présence de l'ICC
  • Échocardiogramme - permet au vétérinaire d'observer la présence de malformations, d'une fuite au niveau d'une valvule ou l'augmentation de l'épaisseur du muscle cardiaque.  Examen effectué par un cardiologue, en centre de référence spécialisé.
  • Examens sanguins


Traitement

Bien qu'il n'existe pas de traitement définitif, on peut tout de même, à l'aide d'une médication adéquate, diminuer les symptômes, aider le coeur à mieux faire son travail et ralentir l'évolution de la maladie.   La plupart du temps, on traite l'ICC sans hospitalisation.  Plusieurs types de médicaments sont disponibles et le vétérinaire déterminera lesquels seront utiles pour chaque condition.  La qualité de vie et la longévité s'en trouvent ainsi améliorées.

De plus, une diète appropriée est recommandée.  Il est habituellement préférable que les animaux souffrant d'ICC limitent leur consommation de sodium.

Si vous avez des questions concernant l'ICC ou que vous voulez discuter d'un autre problème de santé avec notre personnel, contactez-nous dès aujourd'hui.

Arythmie cardiaque

Arythmie cardiaque

Une arythmie cardiaque (battement de coeur anormal) est une anomalie dans la vitesse des battements de coeur, dans leur intensité et dans leur régularité. Bien que toutes les arythmies ne soient pas inquiétantes, certaines d'entre elles peuvent indiquer la présence d'une maladie sérieuse pouvant mettre la vie de l'animal en danger. Les arythmies cardiaques peuvent être causées par une anomalie génétique, l'environnement ou une prédisposition de la race. Elles peuvent survenir chez tous les chiens et chez tous les chats, mâles ou femelles, de tous âges.

Les battements de coeur devraient être forts et réguliers. Si les battements changent légèrement lors d'une inspiration ou d'une expiration, cela peut être dû à un environnement inhabituel ou à un stress passager. Les anomalies telles qu'un battement lent ou rapide peuvent toutefois indiquer la présence d'anémie, d'une maladie pulmonaire, de pression sur le cerveau ou d'un défaut dans la circulation. La seule façon de déterminer la nature du problème est d'établir un diagnostic. On ne devrait pas prendre une arythmie cardiaque à la légère avant de connaître son origine. Les symptômes peuvent apparaître et disparaître mais on recommande tout de même de prendre rendez-vous chez le vétérinaire, même si les symptômes ne semblent plus être présents.

Signes de la présence potentielle d'une arythmie cardiaque :


  • Douleur abdominale
  • Difficulté à respirer
  • Fréquence cardiaque élevée au repos
  • Perte d'appétit
  • Léthargie
  • Perte de connaissance
  • Fréquence cardiaque basse lors de l'activité physique
  • Évanouissement soudain et inexplicable
  • Faiblesse
  • Diagnostic d'une arythmie cardiaque

On effectue un examen complet ainsi qu'une analyse complète du sang. Le vétérinaire détermine si un électrocardiogramme est nécessaire. Les analyses de sang peuvent permettre de savoir si l'animal souffre d'anémie ou si les organes fonctionnent correctement. Un électrocardiogramme permet de déceler une arythmie. Des radiographies peuvent être nécessaires afin de déterminer si l'animal souffre d'une maladie cardiaque ou d'une insuffisance cardiaque.

Traitement

Une fois que le diagnostic est établi, le vétérinaire discute des différents traitements envisageables. 

Si vous avez des questions concernant l'arythmie cardiaque, contactez-nous dès aujourd'hui.

Les allergies alimentaires

Les allergies chez les animaux sont semblables à celles chez les humains et on peut les décrire comme une réaction exagérée du système immunitaire à certains éléments particuliers. Bien qu'il n'y ait pas de prédispositions de race, on croit que les allergies peuvent être héréditaires. La plupart des animaux commencent à montrer des signes de la présence d'une allergie à l'âge de 1 à 3 ans.

Les allergies alimentaires font partie des causes les plus fréquentes d'allergie.

Symptômes :


  • Démangeaisons 
  • Léchage important
  • Rougeur cutanée
  • Mordillage des pattes
  • Problèmes cutanés chroniques ou à répétition (infection de peau, otites)
  • Vomissements ou diarrhée fréquents

Traitement

Lorsqu'une allergie alimentaire est suspectée ou diagnostiquée, il est primordial de trouver une nourriture hypoallergène qui convient à l'animal.  Plusieurs options sont disponibles.  Ces animaux ne doivent rien manger d'autre que cette nourriture et de l'eau.  Lorsque l'allergie alimentaire est bien contrôlée, tous les symptômes disparaissent.  Les allergies alimentaires seront présentes pour toute la vie de l'animal.  De plus, il arrive fréquemment qu'un animal soit allergique à plusieurs éléments.

Si votre animal présente des symptômes d'allergies, n'hésitez pas à communiquer avec nous.

Les allergies saisonnières

Dès que le beau temps revient, votre chien se gratte, se lèche et se mordille? Sa peau et son système immunitaire réagissent peut-être à la présence de pollens dans l'environnement. L'allergie est une maladie commune chez le chien, 10 à 30 % des chiens examinés pour un problème de peau souffrent d'allergies. L'Ordre des médecins vétérinaires du Québec invite les propriétaires de chiens à être vigilants en cette période de l'année et à prendre connaissance de l'information suivante afin de réduire le plus possible les inconforts de leur animal.


Lorsqu'un pollen est inhalé ou qu'il pénètre la peau, il provoque chez le chien allergique une réaction immunitaire excessive. Une inflammation se développe entraînant des démangeaisons. Les zones les plus touchées sont le visage, les pattes et le ventre. En se grattant et en se mordillant, le chien abîme sa peau et favorise le développement d'infections cutanées telles que levures et bactéries. La peau est rouge, les poils tombent, des gales, des pelades et des boutons sont fréquemment visibles. Les otites, les rhinites et les conjonctivites peuvent aussi être causées par une réaction allergique aux pollens.

Allergies saisonnières

Les allergies saisonnières affectent des chiens adultes. Leur première manifestation survient généralement entre 1 an et 3 ans. Les chiots dont les parents présentent une allergie sont plus susceptibles de développer la maladie à l'âge adulte. Certaines races, comme le golden retriever et le boxer, sont également plus touchées par les troubles d'allergies saisonnières.

Les symptômes liés aux allergies saisonnières sont habituellement notés lorsque les pollens sont présents dans l'environnement, soit de mai à octobre. Si votre chien réagit aux pollens de bouleaux, ses démangeaisons seront visibles en mai et en juin, alors que si votre animal souffre d'allergies à l'herbe à poux, les mois d'août et de septembre seront les plus pénibles pour lui.

Si votre chien présente des démangeaisons importantes, il est recommandé de le faire examiner par son médecin vétérinaire. La première étape du diagnostic sera de s'assurer que les démangeaisons sont réellement d'origine allergique. Votre médecin vétérinaire vous proposera peut-être un traitement contre les parasites cutanés afin d'exclure cette possibilité. Ensuite, il devra s'assurer qu'aucune infection cutanée (bactéries, levures) n'est présente. Dans le cas contraire, les infections devront être contrôlées. Si les démangeaisons persistent, des médicaments pour contrôler les symptômes d'allergies seront prescrits. Des antihistaminiques, de la cortisone, des immunosuppresseurs et des médicaments qui bloquent les démangeaisons peuvent être utilisés. Ils comportent tous leurs lots d'effets secondaires et de contre-indications. Il est important d'en discuter avec votre médecin vétérinaire.

Il faut idéalement éviter les contacts avec les pollens. Gardez votre animal à l'intérieur lorsque le bulletin météo indique un indice de pollens élevé. Rincez le pelage de votre chien après une promenade, afin de réduire la quantité de pollens sur sa peau.

Les nourritures dermatologiques, l'acupuncture, l'utilisation d'acides gras et de shampoings peuvent aider à réduire les symptômes d'allergies.

Des tests d'allergie sérologiques ou intradermiques sont parfois recommandés afin d'amorcer l'immunothérapie. L'immunothérapie vise à désensibiliser le patient aux allergènes qui le font réagir. Des injections répétées d'une solution contenant l'allergène permettent de réduire les symptômes d'allergie pour près de 75 % des chiens. Sachez toutefois que ces injections doivent être données pendant plusieurs années.

Malheureusement, il n'existe actuellement aucun traitement pour guérir votre chien de ses allergies. Les soins visent à diminuer les symptômes de la maladie afin d'offrir une meilleure qualité de vie à l'animal. Il faut donc s'attendre à ce que les symptômes d'allergies se manifestent de façon récurrente, année après année.

Toutefois, si votre chien présente des démangeaisons lorsque la saison des pollens est terminée, avisez votre médecin vétérinaire. Ce dernier devra alors considérer la possibilité d'une allergie alimentaire, une allergie aux acariens ou autres substances de l'environnement. Un plan diagnostic sera alors proposé et les soins ajustés.

Le diagnostic et le traitement de troubles cutanés chez le chien sont parfois des processus longs et frustrants. La communication et la collaboration entre médecin vétérinaire et propriétaire sont primordiales. Faisons équipe ensemble pour améliorer leur qualité de vie.

Par Dre Geneviève Roy, m.v. / Ordre des médecins vétérinaires du Québec

Problèmes respiratoires

Les difficultés respiratoires

Les difficultés respiratoires peuvent indiquer un problème au niveau voies respiratoires. La cause de ces troubles peut être une allergie légère comme elle peut être un symptôme d'une maladie sérieuse.  Il est essentiel de faire examiner l'animal lorsqu'on remarque un changement dans sa respiration. 

Lorsque l'animal est au repos ou qu'il est dans la maison, sa fréquence respiratoire devrait être de 10 à 30 cycles par minute. Une fréquence plus rapide peut indiquer  la présence d'anxiété, de fièvre, de douleur, ou d'un problème pulmonaire ou cardiaque. Si votre animal semble respirer rapidement ou être à bout de souffle, on recommande de contacter un vétérinaire immédiatement.

Symptômes :


  • Toux
  • Intolérance à l'activité physique
  • Respiration  difficile
  • Sécrétions au niveau du nez
  • Respiration rapide
  • Respiration superficielle
  • Éternuements
  • Reniflement
  • Perte de poids
  • Perte d'appétit
  • Abattement

Causes courantes :

  • Allergies
  • Paralysie laryngée
  • Bronchite
  • Tumeur des fosses nasales
  • Cancer
  • Obésité
  • Pneumonie
  • Insuffisance cardiaque
  • Corps étranger dans la gorge
  • Anémie sévère
  • Coup de chaleur
  • Choc
  • Toux de chenil
  • Asthme félin
  • Traumatisme

Traitement

Le traitement est variable et dépend du diagnostic.  Plusieurs tests peuvent être effectués afin de l'établir.  Lorsque l'état de l'animal n'est pas critique, un examen physique complet est fait par le vétérinaire.  Par la suite, des radiographies, des prises de sang ou d'autres tests spécifiques sont effectués s'ils sont jugés nécessaires pour le diagnostic.

Dans le cas d'un animal qui souffrirait  de détresse respiratoire lors de son arrivée à l'hôpital,  il faut fournir des soins d'urgence  jusqu'à ce qu'on soit en mesure de s'assurer qu'il respire correctement. Une fois l'état stabilisé, les examens et investigations seront faites.

Certaines maladies se traitent facilement alors que d'autres requièrent l'administration de médicaments et le contrôle de l'activité physique pour la totalité de la vie de l'animal. On devrait immédiatement amener un animal ayant déjà souffert de troubles de la respiration chez le vétérinaire si on remarque des changements dans sa respiration.

Si vous avez des questions concernant les problèmes respiratoires, contactez-nous dès aujourd'hui.

Toux de chenil

Toux de chenil

La toux de chenil est une maladie affectant le système respiratoire dont le principal symptôme est la toux.  Elle est causée par un complexe de virus et de bactéries qui sont très contagieuses.  La transmission se fait via les sécrétions respiratoires et les particules dans l'air.  On la retrouve principalement dans les endroits où plusieurs animaux sont regroupés, d'où le nom commun "toux de chenil".  Parmi les bactéries impliquées, mentionnons Bordetella bronchiseptica,  souvent responsable de la maladie.  Les chats au aussi sensibles au bordetella.  

Symptômes de la toux de chenil :


  • Toux
  • Écoulements oculaires ou nasal
  • Fièvre
  • Léthargie

Traitement de la toux de chenil :

Bien que la maladie peut se résoudre par elle-même, des antibiotiques sont parfois nécessaires.

Prévention : 

Une vaccination préventive et efficace existe contre la toux de chenil. Il est important de vacciner les chiens avant de les mettre en contact avec des chiens étrangers (refuges, pension, cours de dressage, parc à chiens, etc...).

ASTHME FÉLIN

Qu'est-ce qui cause l'asthme?


Une réaction allergique peut entraîner l'apparition des symptômes d'asthme. Des polluants de l'air (aérosols, poussière de litière, fumée de cigarette, pollens, etc.) et le stress peuvent déclencher des crises.

Quels sont les symptômes de l'asthme?

Les chats asthmatiques sont généralement présentés en clinique pour de la toux et des efforts respiratoires. La toux peut être confondue avec des efforts de vomissements. Des sifflements peuvent être perçus lors de l'inspiration. Après une crise d'asthme, les poumons enflammés sont irrités et une pneumonie ou une bronchite peuvent affaiblir l'animal.

Comment savoir si mon chat souffre d'asthme?

Un examen de santé, une écoute attentive des poumons et des radiographies pulmonaires sont nécessaires pour tenter d'établir un diagnostic d'asthme. Toutefois, seul un lavage bronchoalvéolaire permet de confirmer l'inflammation pulmonaire. Un bilan sanguin complet pourrait être requis pour éliminer d'autres causes de toux.


Quels sont les traitements disponibles?

Pour obtenir un contrôle optimal de l'asthme, il faut agir sur l'environnement du chat. Pensez à retirer les sources de poussières et d'aérosols dans la maison (parfums, chandelles, potpourri, Glade® Branchées®?). Optez pour une litière sans poussière et évitez les parfums. Gardez votre chat à l'intérieur durant la saison des pollens. Si l'examen radiographique démontre la présence d'une infection, des antibiotiques seront requis. Les parasites pulmonaires peuvent aussi causer de l'asthme. Votre médecin vétérinaire pourrait vous suggérer de vermifuger votre chat.

Pour contrôler l'asthme, des anti-inflammatoires de la famille de la cortisone doivent être administrés. La cortisone se retrouve sous forme de pompe inhalateur doseur ou de comprimés. Des bronchodilatateurs en comprimés ou en pompe inhalateur doseur peuvent également être administrés pour ouvrir les voies respiratoires et assurer une meilleure efficacité de la cortisone. 

Quelle forme de cortisone devrais-je choisir?

La cortisone sous forme de pompe (comme en médecine humaine) est la meilleure option en raison de son efficacité et des effets secondaires minimes reliés à son utilisation. La médication peut être ajustée facilement selon la réponse de votre animal. Votre médecin vétérinaire vous recommandera d'utiliser la pompe de cortisone (Flovent®) matin et soir. La pompe de bronchodilatateur (Ventolin®) pourra être administrée cinq minutes avant la cortisone tant qu'une respiration sifflante sera notée. En cas de crise sévère, administrez le bronchodilatateur aux 30 minutes jusqu'à ce que la crise se calme pour un maximum de 4 heures continues. La pompe doit être utilisée avec une chambre d'inhalation (comme en pédiatrie humaine). Si vous avez des questions sur son utilisation, n'hésitez pas à consulter un médecin vétérinaire.

La cortisone sous forme de comprimés est efficace, mais sont absorption systémique entraîne de multiples effets secondaires (désordres gastro-intestinaux, déclenchement de diabète, augmentation de la soif et de l'appétit, prise de poids, atteinte au foie, défaillance rénale, déficit immunitaire, etc.). C'est pourquoi il est important de diminuer la dose à effet lorsqu'une utilisation à long terme est requise.

L'asthme félin est une maladie chronique. La majorité des chats vont avoir des épisodes de rechute durant leur vie. Il est important de faire examiner régulièrement un chat asthmatique afin de détecter rapidement des signes de rechute et d'ajuster le traitement de cortisone.

Si vous avez des questions ou des inquiétudes au sujet de la santé de votre chat, n'hésitez pas à communiquer avec votre médecin vétérinaire.

Source : Ordre des médecins vétérinaires du Québec